Ronde de lune

images (5)

Pâle et endormie
la lune au soleil d’hiver
volutes d’opium

Jaune et juvénile
la lune a l’oeil étourdi
une lettre d’or

Coupe rougeoyante
la lune dans ses quartiers
volupté gourmande

Un rideau tiré
la lune s’offre en croissant
soleil amoureux

Parure d’été
la lune aux courbes girondes
ventre dévêtu

Azur étendu
lune sous sa chevelure
féminin vertige

4 commentaires.

Dévoiler les étoiles

Sur les toits ondoyants veille la lune rousse
Enluminant la nuit de l’ocre du désir.
Des Loinvoyant, elle dissémine la poudre
Aux palais orientaux des tout-puissants vizirs.

De la fleur de mes doigts, je dessine un visage,
Dans le brun de ses yeux, glisse un rayon de feu.
L’âtre où brûle le cœur ne souffre l’afféage
Ni le miroir de l’âme, un écran pare-feu.

L’astre rougeoyant, deux silhouettes entoile.
Le jour pique au levant, à l’abeille pareil
La courbe de deux corps dévoilent les étoiles,
Sous son ombrelle, assis, s’éveille le soleil.

 

Loinvoyant : cf. L’apprenti assassin

Commenter.

Déshabille mon coeur

7022532-1348931518491-224x140

Aime-moi sans pudeur, déshabille mon cœur.
Sur un lit de fortune ou un quartier de Lune
Love-toi sur ma dune ô mon Soleil nocturne,
Mon astre dévoyeur aux accents purs d’un choeur

Aux confins de la nuit, deviens mon insomnie.
Le temps s’est arrêté dès nos premiers baisers,
Nos âmes envoûtées sont enfin accordées,
Et le lit de nos vies est un puits d’ambroisie.

La chaleur de tes mains enveloppe mes seins
Le présent est l’instant, qui, dans notre être, vibre.
L’étoile du ponant scintille à nouveau, libre
La flamme dans tes yeux est l’aveu d’un dessein.

Ta langue murmure des délices, complice,
Tendre mélopée à mes lèvres emperlées,
Les coussins, dépités, se sont tous écartés :
À nos pieds, l’un, jaloux, se glisse dans la lice…

 

4 commentaires.

Ronde de Lune

Pâle, endormie,
la lune au soleil d’hiver
rêve de libres vers

Jaune, arrondie,
la lune à l’oeil étourdi
irise une lettre d’or

Découpée, rougeoyante
la lune en quartiers
est volupté gourmande

Dorée, énamourée,
la lune s’offre en croissant,
aux serres d’un oiseau blanc

Parée, parfumée,
la lune aux courbes ingénues
sur un toit dévêtue

Réjouie, attendrie,
la lune roule sa chevelure
sur l’ azur étendu

Commenter.

Derrière le lycée

L’hiver était au sud, les mains sous ton blouson,
L’univers tout entier tenait dans ma semelle :
L’avenir au présent parle à l’âme jumelle.
La chaleur de nos corps était notre maison.

La lune dans mes yeux coiffait tes cheveux blonds,
Le monde était subtil comme un point de dentelle
Brune. Le coeur battant, comme fait l’hirondelle,
Tu cherchais le soleil, paumes sur mes seins ronds.

Au mur, chiffres, lettres, tracés à l’encre rose
Ton désir opprimé contre mon jean qui ose
S’exprimer. Dans mon cou, un “je t’aime” troublé.

Derrière le lycée, encor l’amour murmure,
Un autre garçon à une fille susurre,
Le printemps qui fleurit à l’est d’un champ de blé.

4 commentaires.