Songe d’une nuit d’été

DSCF2219 - Copie

Sur les toits, la lune, les ombres dansent
Les rêves veillent sur les endormis
Un haut clocher sonne la demi-nuit
De son grimoire alors elle s’élance

Elle déambule dans la ruelle
Les pavés révèlent tous leurs secrets
Une panthère l’oreille aux aguets
Une robe tigrée qui étincelle

Un feulement sous un porche sculpté
La ville est couleur d’or et d’écarlate
Un chat de noir vêtu lui tend la patte
Elle l’entraîne d’un pas chaloupé

Quelque humain dont l’esprit est envoûté
Jurera avoir vu par ciel de traîne
Chantonnant à la brune une rengaine,
Une étrange panthère, un chat ganté.

Je guettais la lune depuis plus d’une semaine afin de la photographier sur les toits…

 

 

 

8 réflexions au sujet de « Songe d’une nuit d’été »

  1. REVERIE D’UNE NUIT D’ETE.

    Je voudrais que tu fermes les volets
    la fenêtre
    la lumière
    les yeux
    te soumettre
    aux voiles de mes paupières ;
    à mes jeux.
    Je voudrais que tu sois fougère
    me couvrir de tes frondes,
    donne ta main entre dans ma ronde ;
    être ta douce nuit d’été.
    Je suis ton songe de femme aimée.

    L’amour me parfume de nuages
    tes yeux jouent avec les ombres
    dans tes rires aux éclats sans âge
    je suis ta princesse aux voiles nuités
    mon corps femme devient fumée
    dans mes rêves d’une nuit d’été
    dans mes songes tes rêves sombrent.
    Je suis belle dans ta nuit d’été.

    L’aurore me dessine des rosées
    elle me parle de douces lumières
    entrelacées dans des touffes dorées ;
    elle me vêt de brumes perlières.
    Tu perds le choix de mes yeux diaprés
    sur mes paupières de ce rêve poudré.
    Je suis un songe d’une nuit d’été ;
    sur mes lèvres fermées de baisers.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *