La cantatrice

rossignol_philomele_thta_1

Simple ouverture sur un pied de vigne vierge,
L’aube sinueuse soupire, le front blanc.
Sur un versant pentu, un rossignol émerge
L’oeil noir énamouré, la plume rouge au flanc

Dans l’arbre d’en face, la grande cantatrice
Au plumage roux brun, chantonne avec entrain.
Se gausserait-elle de lui sous sa pelisse  ?
Elle dodeline en déclamant son quatrain.

Encore un jour passé à regarder la branche
Se balancer, sous le pas feutré et léger
De l’oiselle. Demain, il prendra sa revanche
En couvrant ses yeux doux de son cou orangé.

Et l’aurore vainquit le crépuscule d’or…
L’insolente sur son perchoir paraît, agile :
L’oiseau déterminé s’élance de son bord
Et d’un bec assuré entonne un chant gracile.

 

 

 

 

 

 

8 réflexions au sujet de « La cantatrice »

  1. Excellent ce face à face prometteur ! pas de fausses notes ….juste un chant d’amour !
    Passage furtif pour ne pas déranger les zoziaux ! 🙂 biseux

    • Très chère Éclipse, désolée pour cette réponse tardive…
      Que j’apprécie tes propos et ta délicatesse…
      Douce soirée et à très bientôt. Bises

Répondre à Eleusis Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *