Juin à contre -jour

Le ciel s’est dévêtu, il s’exhibe bleu nu
La nuit encore une fois a perdu son empire
Et le jour la poursuit dans son antre ténu,
D’un amour sans issu. Et la lune soupire…

Sur son trône aux couleurs, Junon fait la roue.
Tandis que Cupidon, joufflu et maladroit,
Savoure quelques traits que le destin dénoue,
Phébus, l’astre vainqueur, s’est juché sur un toit !

La rose au corps fané contemple les bourgeons
Elle était reine hier, aujourd’hui elle pleure.
Le cœur devenu gris d’un coup de badigeon
Elle courbe le col sous la faux qui l’effleure.

Le tilleul engourdi s’étire en gouttes d’ombre…
Sur les yeux alanguis à l’abri d’un recueil,
L’été comme un amant que le désir encombre
Avale un thé glacé et attend sur le seuil.

4 réflexions au sujet de « Juin à contre -jour »

    • Bonjour Fabien,
      Je crois que ma Muse est en vacances depuis quelque temps…
      Il y a des blancs qu’on voudrait emplir d’encre mais les mots se débinent, du moins lorsqu’il s’agit de poésie…J’écris d’autres choses, même si aujourd’hui, je vais enfin publier un texte ici.
      Merci pour vos lectures Fabien et à bientôt…
      Eleusis

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *