Esquisse d’un baiser

 

Furtif et léger
Aux néons de la ville insouciants
Comme la fleur du blanc cerisier
Dérobé aux passants

Sur des lèvres transies
Flocon impertinent
Caresse de l’esprit
Rêve évanescent

Furtif et léger
Juste un éclat de lune
Sur la pointe des pieds
Un mirage nocturne

Sur des lèvres transies
Esquisse à l’encre rose
Désir qui s’écrie
Une bouche qui ose

Furtif et léger
Feuille qui tourbillonne
Le vent l’a emporté
Il n’était pour personne

Sur des lèvres transies
Juste un éclat d’amour
Un fruit gorgé de vie
Envolé pour toujours

Voix : Michel Tissier

 

6 réflexions au sujet de « Esquisse d’un baiser »

  1. Le baiser c’est l’ouverture à un monde ou l’on multiplie deux en espérant que le résultat final sera un.

    Comment résoudre cette équation poétique ?

    Ton approche est lumineuse et subtile.

    Bisous.

    Michel-Olivier…

    • N’étant pas très douée pour les équations, il m’est plus facile d’imaginer que un plus un font un !
      Non deux en un, cela fait une peu marque publicitaire…
      Merci Michel-Olivier pour tes mots toujours appréciés.
      Bisous

  2. Je suis étonné de ne pas voir mon commentaire d’hier soir. Aurais-je fait une fausse manœuvre ?

    Le premier baiser, première porte qui s’ouvre vers ce désir « mathématique » qui fait que l’on finit par additionner un plus un pour un résultat unique qui est UN. A moins que ce ne soit une multiplication qui donne ce nombre… Je réfléchis…

    Bises amicales

    Michel-Olivier…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *