De l’avalanche

Ils se sont effleurés aux épis d’un hiver
De soie glacée. Il s’ immisça dans ses vers,
À revers, l’esprit allumé. Il implosa son univers.
Alors, chaque jour, comme une herbe sage,
De son champ d’amour, elle guettait son breuvage
Echo, la divine, apprenait son langage.
L’animal avait l’oeil roucoulant et bleu,
Pour un loup de souche, c’était plutôt heureux,
Pour elle, c’était un implicite des Cieux.
Mais elle sentait, dans l’humus de son cœur,
Un lac d’eaux sombres et de forêts en pleurs.
Ils n’en parlaient jamais, c’était mal heur.
Le temps s’estampillant, la belle s’enquérait :
Comment rejoindre la bête qui l’attirait ?
Elle eut alors une idée. Un soir sans attrait,
Elle plia sa peau de femme. Nue, bravant le froid,
Elle offrit son corps à la rudesse du bois,
Caressant le regard des dieux, tout pantois.
Emus, les membres roides comme les branches,
Ils l’exaucèrent : elle devint Louve blanche.
Elle fuit alors l’horizon et dans le pays comanche
S’unit au loup gris et ce fut l’avalanche.

 

4 réflexions au sujet de « De l’avalanche »

  1. L’harmonie spirituelle constamment entretenue dans tes vers donne à cette « Avalanche » un charme singulier qui nous plait forcément, nous les êtres sensibles dotés d’un sentiment littéraire vraiment délicat.

    Chaleureuses bibises

Répondre à Le Cid Sulfurique Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *