Balade

Remontez-vous le vent d’est, celui du nord, de l’ouest
Ou le doux vent du sud ?
Votre esprit hante la forêt…
Tandis que les samares de papier s’agitent sur ma page
Où le printemps murmure à l’oreille d’un enfant,
Je vois une ombre qui se couche à midi
Refléter les chênes ancestraux…

Mon cœur alors frémit : aurais-je manqué à ma promesse ?
Et jeté sans conscience quelques mots aux harpies
Dévorant les herbes folles et amères du silence ?
Le donjon de pierre comme une tour sans faille
Semble rugir: « retourne à tes chants, rentre au bercail ! »
Et ma silhouette oscille, muette comme l’épouvantail
Un escoufle roux et splendide ne s’y trompe pas et pique juste devant moi…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *